Nombre total de pages vues

mardi 6 août 2013

Retrouvailles2: Emilie

Émilie m’a posé la main sur le genou…
– Allez, en route…
Un dernier au revoir, par la vitre baissée, à Aline qui agitait la main…
– Elle avait les larmes aux yeux…
– Laure aussi tout à l’heure…
– Et même David… Il jouait les gros durs… Il plaisantait, mais…
– Faut reconnaître que ce qu’on a vécu là pendant trois jours…
– Sans compter l’apothéose d’hier soir…
– Je suis heureuse de prolonger ça avec toi… Très…
– Et moi donc !
Nos lèvres se sont une nouvelle fois effleurées…

– Je peux te poser une question ?
– Dis toujours…
– Je peux espérer que tu restes combien de temps chez moi ?
– Jusqu’à ce que tu me foutes dehors…
– Oh, ben alors ! T’es là à vie…

– Qu’est-ce tu fais ?
– Ça se voit pas ? Je me gare…
Sur un petit parking dissimulé au milieu des arbres… Elle a coupé le contact… Baissé le siège…
– J’ai trop envie…
Sa tête entre mes jambes…
– Oui, mais…
– Tais-toi ! Tais-toi et laisse-moi faire… Tais-toi et laisse-toi faire…

– Hou la la ! Comment c’était bon, moi ! Pas toi ?
– T’as bien vu, non ?
– J’ai vu… T’étais même tellement pris dans le feu de l’action que tu t’es rendu compte de rien… Le type… Tout près il était… Le nez carrément collé à la vitre…
– Le type ? Quel type ?
– Un mateur… Et je peux te dire qu’il lui convenait le spectacle… Qu’il a sacrément apprécié…
– Mais d’où il sortait ?
– C’est tout le temps qu’il y en a autour à l’affût ici… C’est connu… Tu crois que j’ai choisi ce parking au hasard ?
– Tu es démoniaque…
– Et t’as encore rien vu… Parce que… Attends…
Elle a mis le contact… Démarré…
– Vaut mieux éviter de s’attarder trop après… On sait jamais…
– Sans indiscrétion… C’est souvent que tu viens là ?
– Encore assez, oui… Mais enfin va pas t’imaginer non plus…
– Je m’imagine rien du tout…
– Tu sais ce que j’aimerais ? C’est y venir avec une fille sur ce parking un jour… Mais ça…
– C’est plus risqué ?
– Oh, pas forcément, non… Non… C’est pas ça… Mais pour réussir à en convaincre une de sauter le pas… Parce que ce genre de truc tant que tu l’as pas expérimenté toi-même t’es pleine de réticences… De préjugés… T’as toutes sortes de trouilles… C’est après… Seulement encore faut-il qu’il y ait eu une première fois… Après comment tu t’éclates… Moi en tout cas… S’il y a pas des regards sur moi ou, au moins, le risque qu’il y en ait ça me va pas… Il me manque quelque chose… Je peux pas être vraiment satisfaite… Tu comprends ?
– Je crois, oui…
– Et tu vois… ce que je vous ai raconté l’autre soir… Ces fameuses vacances avec Valentin qui m’ont fait découvrir tout ça… il y a des moments où je me dis que c’est la meilleure des choses qui me soit arrivée… et d’autres… que c’est la pire… Mais bon… Ce qu’il y a de sûr en tout cas, c’est que c’est la première fois que je peux en parler comme je l’ai fait là-bas avec vous, comme je le fais là maintenant avec toi… Sans avoir peur d’être jugée… Condamnée… Et ça, ça n’a pas de prix…

– C’est là ?
– C’est là, oui…
– Mais c’est un palace !
– J’ai la chance que mes parents… Tu veux bien aller m’ouvrir le portail ?

Un jardin ? Non… Un parc…
– J’ai une amie paysagiste… Alors…
Quant à la maison…
– Hou la la ! Impressionnant… Non, mais alors là impressionnant…
– On est décoratrice ou on l’est pas…
Une grande pièce à vivre toute en immenses ouvertures sur l’extérieur… Dans des tons gris… Sept ou huit nuances de gris différentes… Qui s’appelaient… Se répondaient… S’épousaient… Et un mobilier résolument moderne… De verre et de métal… Aux formes épurées…
– Viens ! Viens voir en haut…
Elle a ouvert une porte…
– Là… C’est ma chambre…
Du blanc… Une profusion de blanc…
– Et là… c’est la tienne…
Juste en face…
Des bleus… Des verts… Amoureusement entrelacés… Et une vue de rêve sur le parc…
– T’en fais une tête ! Qu’est-ce qu’il y a ? Elle te plaît pas ?
– Non… Si… C’est pas ça…
– Oh, mais on se retrouvera, t’inquiète pas… On se retrouvera… Aussi souvent qu’on en aura envie…
– Si ça dépend que de moi ça risque d’être souvent…
– Et c’est là qu’on se retrouvera… Là, c’est la chambre des amours…
Des grenats… Des bordeaux… Des lies de vin… Des rouges pompéiens…
– Ça te plaît ?
– Je serais difficile…
– Et t’as pas tout vu… Elle a un secret cette chambre…
– Ah, oui ? C’est quoi ?
– Eh ben cherche !
– Je vois pas… Non, je vois pas…
– Heureusement… Il FAUT que ce soit indétectable…
– Et c’est quoi alors ?
– Tu as deviné… Je suis sûre que tu as deviné…
– Non…
– Tu parles !
Et elle m’a poussé sur le lit…
– J’ai envie… J’ai encore envie… Et pas qu’un peu…

On est restés blottis l’un contre l’autre…
– Comment ça va me faire drôle d’avoir un type à la maison comme ça à demeure… Au moins un certain temps… De pouvoir m’en servir quand je veux… Depuis… sept ans ça m’était pas arrivé… Et je m’étais bien juré que… Ah, non alors ! C’était trop galère… Mais bon… Toi, c’est pas pareil… Il y a… tout ce qu’il y a… Depuis toujours… On va pas revenir là-dessus…
– Et tu te débrouillais comment si c’est pas indiscret ?
– Ben d’abord… J’ai mes joujoux… Toute une collection… Toujours fidèles… Attentifs au moindre de mes désirs… Et puis sinon quand c’est d’un vrai mec que j’ai envie ben il y a les boîtes… Il y a ce qu’il faut en boîte… Il te suffit de te baisser pour en ramasser un…
– Que tu ramènes ici…
– Rarement… Très rarement… Faut vraiment que je sois sûre…  Qu’il va pas profiter de ce qu’il connaît mon adresse pour me coller… Et puis je les choisis loin d’ici mes boîtes… Souvent même très loin… Pour éviter de tomber sur des têtes connues… Alors en général c’est à l’hôtel que ça se passe… Et c’est pas plus mal…
– Si bien que ton petit dispositif il te sert pas à grand-chose finalement…
– Tu vois que t’as compris… Il va au moins me servir avec toi… À garder un souvenir de nos bons moments… Et puis…
– Et puis ?
– Non… Rien…
– Mais si, dis !
– J’aimerais trop ça te regarder avec d’autre filles… Et me dire qu’elles se doutent de rien… Que c’est un secret entre nous… Ça te tenterait pas ?
– Quand on voit comment ils brillent tes yeux… Rien qu’à l’idée…
– Tu veux bien alors ?! C’est oui ?
– Est-ce que je pourrais te refuser quoi que ce soit ?
– Oh, merci… Merci… Je te la choisirai la première… Je te la montrerai… J’ai ma petite idée… Tu seras pas déçu, tu verras…
– Mais c’est qu’elle a tout prévu…
– Et puis peut-être… On sait jamais… Si les circonstances s’y prêtent… Ou si on se débrouille bien…
– Peut-être ?
– Qu’il pourrait y avoir quelque chose moi aussi avec elle… Mais alors ce qu’il faudrait, c’est que ce soit la première fois… C’est qu’elle ait encore jamais rien eu avec une fille…

– Quand je vois ta maison…
– Eh bien ?
– Je me demande comment tu vas réussir à la quitter s’il prend corps le projet d’aller s’installer tous les cinq là-bas…
– C’est que du matériel… C’est secondaire… Je la louerai… Ou bien… Je trouverai toujours une solution… Je verrai bien… Et puis… Ça va peut-être te paraître con, mais... en plus de tout le reste… de ce qu’on serait tous les cinq ensemble… eh bien l’idée de recommencer à décorer une maison en repartant de zéro ça me déplaît pas du tout… Au contraire…



– Comment tu la trouves ?
– Qui ça ?
– Alessia… La fille qui m’a servie à la parfumerie…
– Pas mal… Plutôt bien même…
– On se connaît depuis qu’on est toutes petites… Et on peut pas se voir…
– On n’aurait pas dit…
– On sait se tenir… En attendant… Verte de rage elle doit être… Me voir avec un beau mec comme toi… Alors tu sais ce qu’on pourrait faire ? Ce que j’aimerais qu’on fasse ?
– Te connaissant comme j’ai appris à te connaître… j’ai bien ma petite idée…
– Tu te doutes bien que je t’ai pas amené dans cette boutique par hasard…
– Et donc ce que tu attends de moi…
– C’est que tu l’attires dans ton lit, oui… Ce qui devrait pas être bien difficile… Je t’ai fait la moitié du boulot… Maintenant qu’elle nous a vus ensemble elle va rien avoir de plus pressé que d’essayer de te mettre le grappin dessus…
– Bon… Mais alors… Pratiquement… On va procéder comment ?
– Elle déjeune tous les midis au « Coq hardi »… Moi, je suis censée être en déplacement, la plupart du temps, pour mon boulot, à droite ou à gauche… Plus ou moins loin… Vous avez donc le champ libre…
– Je peux quand même pas la ramener ici !
– Dans un premier temps, non… Sûrement pas… Elle se poserait des questions… Non… Allez chez elle… Ou à l’hôtel… Après par contre… Quand vous vous serez vus plusieurs fois… Après… vous profiterez de mon absence… Et t’inquiète pas qu’elle va jubiler – et pas qu’un peu – de faire ça avec toi chez moi… Derrière mon dos… Mais ce qu’elle saura pas, c’est que j’assisterai à tout… Absolument tout… Elle croira me posséder… Eh ben non ! Non… C’est moi qui les tire les ficelles… Elle est à cent mille lieues de s’en douter, mais c’est moi qui le mène le jeu… Comme je veux… Et ça tu peux pas savoir ce que…
– Tu la détestes, hein !
– Si tu savais !

– Alors ?! Raconte… Tu l’as vue ? Tu lui as parlé ?
– Oui…
– Et… Ben me fais pas languir…
– Le hasard m’a bien aidé… La seule table qu’était libre, c’était…
– À côté de la sienne… Génial… Elle mangeait toute seule ?
– Oui…
– Forcément… Personne peut la voir… Et alors ?
– Et alors j’ai longuement étudié la carte, indécis… Et puis… « Excusez-moi, mais j’hésite… Vous le connaissez leur civet de lapin ? » Elle connaissait, oui, mais c’était pas ce qu’elle préférait… Non… « Vous aimez le poisson ? » J’aimais, oui… Alors elle avait pas de conseil à me donner, mais que je prenne leur pavé de sandre… « Un vrai régal, vous verrez… Ils te vous le mitonnent une de ces petites sauces… » On a un peu parlé cuisine… Vins… Et puis, de fil en aiguille… « C’est bizarre, mais il me semble que votre visage me dit quelque chose… » « Vous m’avez déjà vue, oui… Hier… À la parfumerie à côté… C’est là que je travaille… Vous étiez avec Émilie… Une de mes copines d’enfance… » Ah, mais bien sûr, oui… Bien sûr… Ça me revenait… Bien sûr…  
– Et vous avez parlé de moi…
– Non… Elle en mourait d’envie… Elle mourait d’envie de savoir qui j’étais au juste pour toi, ce qu’il y avait entre nous, mais elle a pas osé aborder le sujet… Et on a parlé de tout… De rien…
– Bref… C’est en bonne voie, quoi !
– Je crois, oui…       
– Génial…

– Qu’est-ce tu fais ?
– Je me prépare…
– Oui… Ben ça je vois bien…
– Je sors… Ça te dit pas ?
– Avec toi tout me dit…
– Parce qu’Alessia c’est une chose, mais on va pas tout faire tourner autour d’elle non plus…
– Ça !
– Alors tu sais ce que je propose ? On va en boîte… Au « Lilas blanc »… C’est pas mal, tu verras… Et là on se connaît pas… On s’ignore complètement… Tu branches une nana… Je branche un mec… On se regarde faire… Ça tourne comme ça tourne… Et avec un peu de chance…
– Il y en a un de nous deux qui finit la soirée, avec sa conquête, dans la chambre des amours…
– Pendant que l’autre les regarde faire… Voilà… T’as tout compris…



– Sauf que… par la force des choses… il nous faudrait deux voitures…
– Prends la mienne… Je prendrai celle de mon père… J’ai toujours pas pu me résoudre à la vendre…

La fille, une petite brune aux yeux noirs, à l’allure décidée, est venue s’accouder à côté de moi au bar…
– Je t’ai jamais vu ici, toi !
– Normal… C’est la première fois que je viens…
– Alors évidemment… Ça te choque ?
– Quoi donc ?
– Que je sois venu te parler, comme ça, sans qu’on se connaisse ?
– Oh, non… Non… Bien sûr que non… J’en suis plus là…
– Oui, hein ! Elle disaient que j’oserais jamais mes copines… C’est les trois filles près de la porte des toilettes là-bas… Elles sont gentilles, mais bon… Tu me fais danser ?

– T’habites pas dans le coin alors finalement… T’es juste de passage…
– Voilà, oui…
– Pour ton boulot ?
– Pas vraiment, non…
– Pourquoi alors ? Je suis curieuse, hein !
– Disons que je suis venu rendre visite à une amie de longue date que j’avais un peu perdue de vue…
– Ah !
– Mais…
– Mais il y a rien entre vous… Je me doute… Tu sortirais pas en boîte tout seul sinon… On retourne danser ? C’est un slow…

– Qu’est-ce t’embrasses bien… C’est rare un mec qu’embrasse aussi bien… Et en général ceux qu’embrassent comme ça… pour le reste aussi ils savent vachement bien s’y prendre…
– On va dehors ?
– Si tu veux, oui…

Un nez s’est écrasé sur la vitre de la voiture… On a tapé sur le toit… Quelqu’un a crié : « C’est mon tour, hein, après… » Il y a eu de grands éclats de rire…
– Je les connais… Ils vont pas arrêter de nous faire chier…    
– On va ailleurs ?
– Oui, mais où ?
– Chez ma copine…
– Ça craint, non ?
– Oh, pas bien ! Elle s’en fiche… Et il y a toutes les chances qu’elle y soit pas en plus…
– Ah, oui, elle est où ?
– Là… À l’intérieur…
– Ah, ben d’accord !

– T’as drôlement assuré… Si, c’est vrai, hein ! Comment je me suis éclatée… Mais ça dès que je t’ai vu je l’ai su… Celui-là, il est pour moi, j’me suis dit… Il me le faut… Et je t’ai eu… Ça change… Et pas qu’un peu ! Parce que les types d’ici t’en as vite fait le tour… Qu’est-ce que je peux m’emmerder avec eux ! Mais bon… D’un autre côté j’ai pas trop le choix… Si je veux pouvoir m’éclater un minimum de temps en temps… Ça te choque pas au moins ?
– Quoi donc ?
– Ben que je sois comme ça avec les mecs… Parce qu’il y a plein de monde une fille qui se prend pas la tête et qui veut juste coucher ils trouvent pas ça normal…
– T’occupe pas d’eux, va ! Vis ta vie…
– Oh, mais c’est bien ce que je fais…

– On a passé la nuit ensemble et je sais rien de toi… Même pas ton prénom…
– Hermione… C’est con, hein ! Une idée de ma mère… Elle est prof de Français… Et toi ?
– Julien…
– J’aime bien… Quel âge t’as ?
– 31…
– Tant que ça ! On dirait pas à te voir…
– Et toi ?
– 19… C’est quoi ton boulot ?
– Écrivain…
– Alors ça je te crois pas… Pas du tout… C’est juste pour m’en mettre plein la vue que tu dis ça…
– Pourtant…
– Et c’est quoi que t’écris ?
– Des romans policiers…
– Ah, mais c’est pas vraiment écrivain, ça ! Ça compte pas… C’est pas vrai que c’est l’heure, là, en face ?
– Si !
– Wouahhh ! Faut que j’y aille… Faut vraiment que j’y aille… C’est dimanche… Et le dimanche…
– Il y a repas de famille…
– Voilà, oui… T’as tout compris… On se reverra ?
– Si t’as envie…
– Évidemment que j’ai envie… T’as de ces questions idiotes par moments…



– Sans complexes la petite, hein…
– Ça, c’est le moins qu’on puisse dire…
– Elle se sert carrément… Sans te demander ton avis… Regarde… Non, mais regarde…
– J’y étais, tu sais…
– En tout cas, moi, un truc que je constate, c’est qu’il y en a de plus en plus des nanas qui prennent l’initiative, qui s’installent d’autorité sur le mec et qui dirigent les opérations…
– Et ça t’a plu, ça, hein ?!
– Un peu que ça m’a plu… Que ça me plaît…
– Ça se voit… T’as les yeux cernés d’une force…
– Ben… Faut reconnaître… C’est cent fois plus agréable à regarder que quand c’est le mec qu’est dessus… Y a pas photo…
– En somme, si je comprends bien, t’as passé toute la nuit avec nous, quoi !
– Oh, ben oui… Oui… J’allais quand même pas louper ça… Et là ! Là ! Oh, là là… C’est quand elle t’a… Ça me rend folle… Ça me rend complètement folle… Viens ! En vous regardant je veux qu’on le fasse… Tous les deux… Viens ! J’ai trop envie…

– Et maintenant… Si on s’y prend bien…
– Avant quinze jours on a échangé les rôles… C’est moi qui te regarde avec elle…
– Voilà… T’as tout compris…
– Oui, ben va vraiment falloir qu’on s’y prenne bien alors… Très très bien… Parce que… je peux me tromper… mais a priori c’est pas vraiment le genre de fille attirée par les nanas…
– Tant mieux… J’aime les défis… Je vais sortir le grand jeu…
– Et Alessia ?
– Tu continues… On continue… Mais c’est autre chose Alessia… Complètement autre chose… Ça n’a rien à voir…

Toutes les tables étaient prises… Elle m’a fait signe…
– Si vous ne voyez pas d’inconvénient à déjeuner avec moi…
Je n’en voyais pas, non… Bien au contraire…
– Mais à une condition… C’est que vous me laissiez vous offrir le repas…
– Alors ça… il n’en est pas question…
Elle m’a tendu le menu…
– Si vous aimez les cailles… Il y en a aujourd’hui… Et c’est pas souvent… Ils les cuisinent divinement bien…
– Eh bien va pour les cailles alors…
On a trinqué…
– Tchin… Vous n’êtes pas obligé de me répondre si vous me trouvez indiscrète, mais c’est pour le boulot que vous avez atterri dans le coin ?
– Oh, non… Non… Le boulot… Non… Je suis tout simplement venu passer quelques jours chez Émilie… Histoire d’évoquer nos vieux souvenirs de fac tous les deux…
– Ah… Je vois… Nostalgie quand tu nous tiens…
– C’est à peu près ça, oui…
– C’est quelqu’un d’absolument adorable Émilie, mais qui, malheureusement, n’a pas eu beaucoup de chance dans la vie…
– Professionnellement…
– De ce côté-là, oui, on peut pas dire… Mais ça fait pas tout… C’est pas ça l’essentiel…
– Peut-être que ça l’est pour elle…
– Oh, non… Je la connais bien… Non… Elle a beau prétendre le contraire… Elle en crève d’être toute seule… Mais elle est trop exigeante aussi… Souvent je lui ai dit… L’homme idéal, ça n’existe pas…
– Sage conception des choses…
– Oui, oh, remarquez… J’ai beau être beaucoup plus conciliante qu’elle… C’est pas pour autant que ça le fait… À croire que j’ai le don de tomber systématiquement sur des cas… Si bien qu’au bout du compte je suis pas mieux lotie qu’elle…
– Tout vient à point à qui…
– Oui, oh… J’en fais pas une maladie non plus… Et puis si c’est pour me retrouver, une fois de plus, dans une galère pas possible… Non… Je saisis les occasions quand elles se présentent et je me prends pas la tête… Arrivera ce qu’arrivera…

– Si c’était pas te faire des avances, ça !
– C’est bien comme ça que je l’ai pris…
– C’est en bonne voie… En très bonne voie… T’avances tes pions, hein ? Je compte sur toi…



– Hermione ? C’est Julien…
– Ah, oui, bonjour, oui… Je suis drôlement contente… Je me demandais, tu sais… Si t’appellerais… je me demandais… J’étais pas sûre…
– Eh ben tu vois…
– Des fois je me disais que oui… Parce que ça avait été carrément chaud la nuit tous les deux… Que t’avais sûrement envie qu’on recommence… Et puis des fois je me disais que non… Que t’en avais rien à foutre de moi… Que des tas de filles tu devais avoir… T’étais pas à une près… N’empêche… On est mardi… Ça fait que deux jours depuis dimanche…
– Oui… Et alors ?
– Ben alors plus un mec il rappelle vite quand t’as eu quelque chose avec lui et plus il tient à toi… J’ai lu ça quelque part…
– Il y a certainement du vrai là-dedans… Bon… Mais on fait quelque chose ? On se voit ? Ça te dit ?
– Un peu que ça me dit ! Et comment ! Où on va ?
– Où tu veux… C’est toi qui choisis…
– Je suis partagée… D’un côté j’aimerais bien qu’on sorte… Qu’elles me voient avec toi mes copines… Qu’elles en crèvent de jalousie… Parce que quelqu’un comme toi… Mais d’un autre j’aimerais autant qu’on reste juste tous les deux… Tu préfères quoi, toi ?
– Devine…

– Petit joueur…
– Je peux plus… Avec la meilleure volonté du monde… Je peux plus…
– Je vois bien… T’es tout mou… Et il y a plus rien qui te fait de l’effet… Oh, mais c’est pas grave… Avec toi c’est pas grave… Parce que je me sens bien avec toi… J’ai envie de te parler… De t’écouter… Pas seulement de baiser… C’est pas comme avec les autres… Les autres… Oh, mais on s’en fout d’eux… C’est vrai ce que tu m’as dit l’autre jour ?
– Quoi donc ?
– Que t’écris des polars…
– Bien sûr…
– Tu me feras lire ?
– Si tu veux…
– À personne je l’ai jamais dit, mais moi aussi j’écris… Des histoires qui se passent dans le futur… Ou bien alors sur d’autres planètes… Dans d’autres galaxies… Ça me vide la tête… Pendant ce temps-là je pense pas… Parce que quand je pense sinon, j’arrête pas de tout voir en noir… Ça va être quoi mon avenir ? J’ai rien foutu à l’école… Et puis de toute façon même… Qu’est-ce ça aurait changé ? T’en as plein, avec tous leurs diplômes, ils trouvent pas plus de travail pour ça… Bon, mais je te montrerai ce que j’écris… Tu me diras… En attendant faut que j’aille faire pipi…

– Comment ça craint, attends !
– Quoi donc ?
– Ben j’y pensais plus à ta copine… Qu’elle était là dans la maison… Plus du tout… Et en sortant des toilettes j’avais soif… J’ai voulu aller boire un verre d’eau à la cuisine du coup… Et je suis tombée dessus…
– La belle affaire !
– Oui, mais quand t’es complètement à poil comme ça ! Quelqu’un que tu connais pas… Même que ce soit une nana…
– C’est pas ça qu’a dû la traumatiser…
– Ça a pas eu l’air en tout cas… Non… Elle m’a parlé… Sympa… Tu savais qu’elle était décoratrice ?
– Quand même ! Depuis le temps que je la connais… Ce serait un comble…
– Elle m’a montré des trucs… C’est vachement bien ce qu’elle fait n’empêche… Ça m’aurait plu ça, moi, j’suis sûre…
– Il est pas trop tard…
– Il y a pas besoin de diplôme spécial, elle m’a dit…
– Ben tu vois…
– Tu crois qu’elle voudra bien me montrer un peu si je lui demande ?
– Il y a pas de raison…
– Ce serait cool… Et puis même après… Bon, mais faut pas que je m’emballe… J’y ai tendance à ça… Et après je suis vraiment trop déçue… Bon, mais tu te lèves ? Tu viens ?
– Où ça ?
– Déjeuner avec elle… Elle l’a dit qu’on descende… Qu’on puisse continuer à parler…



– Ça t’intéresserait de venir le voir mon chantier ?
Hermione a ouvert de grands yeux ravis…
– Un peu que ça m’intéresserait !
– Bon, ben finis ton café alors… Et file te préparer… Je t’embarque…
– Mais… Et Julien ?
– Oh, t’inquiète pas pour moi… J’ai plein de trucs à faire… Et faut que j’écrive n’importe comment… Sinon mon éditeur va pas tarder à me tirer le signal d’alarme… Et il est pas commode… 

– Je peux vous demander quelque chose ?
– Tout ce que vous voulez…
– Vous êtes bien hébergé chez Émilie ?
– Il paraît, oui…
– Et… son frigo est vide que, tous les midis, vous venez manger comme ça au restaurant ?
– Vous voulez vraiment savoir ?
– Évidemment si je vous demande…
– Alors disons que j’éprouve un tel plaisir à déjeuner et à discuter avec vous que…
– Ben voyons !
– Vous me croyez pas…
– Pas vraiment, non… Ou plutôt… pas complètement…
– Vous n’appréciez pas, vous, nos petits repas en tête-à-tête ?
– Je dois bien reconnaître que ce n’est pas désagréable du tout…
– Et ça peut pas être la même chose pour moi ?!
– Vu sous cet angle…
– Ça l’est même tellement que j’aimerais beaucoup – mais vraiment beaucoup – vous emmener dîner quelque part un soir… On prendrait tout notre temps… On ferait plus ample connaissance… Non ?
– Si vous voulez…
– Ce soir ?
– Ah, non… Non… Ce soir c’est pas possible…
– Demain alors ?
– Va pour demain…

– Tu parles ! Je suis prête à parier qu’elle a rien du tout de prévu ce soir, oui… C’était juste histoire de pas avoir l’air de céder trop vite… Et de te rendre un tantinet jaloux… Bon, mais alors, si je comprends bien, demain elle passe à la casserole…
– Ne pas vendre la peau de l’ours avant de…
– Oui, oh, tu parles ! Elle en crève d’envie… Je la connais…
– Et toi, avec Hermione ? T’en as fait quoi d’ailleurs ?
– Elle prend une douche… C’est une fille adorable… Pleine d’esprit de repartie… Qui s’intéresse à tout un tas de choses… On a passé une excellente journée toutes les deux… Mais vraiment une excellente journée…
– Et ?
– Je sais pas… J’en sais rien… Pas question de la brusquer… J’y vais sur la pointe des pieds…

– Elle est trop ta copine… Jeune d’esprit… Rigolote… Et tout et tout… Si elle avait mon âge comment on aurait été amies, je suis sûre, toutes les deux !
– Ça empêche rien du tout l’âge…
– Oh, ben si, si, quand même ! Je suis une gamine pour elle… Et puis quand tu vois tout ce qu’elle sait faire alors que moi rien du tout… C’est obligé qu’elle me trouve pas bien intéressante…
– Qu’est-ce t’en sais ?
– En douce que qu’est-ce que j’aimerais travailler avec elle… Mais bon… N’importe comment elle a besoin de personne… Elle me l’a dit…
– Pour le moment… Mais peut-être qu’un jour…
– Oui, oh… Mais je me demande un truc quand même à propos d’elle…
– Quoi donc ?
– Tu lui répèteras pas, hein ? C’est si elle préfère pas les femmes…
– Qu’est-ce qui te fait dire ça ?
– Des trucs… Une façon de me regarder qu’elle avait par moments… De me frôler en ayant l’air que ce soit pas exprès… Et puis que tu sois là, chez elle, sans qu’il se passe rien… C’est quand même un peu spécial, ça, avoue… Non… Je me demande… Je me demande vraiment…
– Et ça te choquerait ?
– Oh, non… Non, quand même… J’en suis plus là… J’en connais plein en plus des filles qui sont comme ça… Ça m’a jamais dérangée…
– Et t’as jamais essayé ?
– J’ai jamais eu envie… Mais je dis pas qu’un jour… On sait jamais…



– Qu'est-ce t'as ? Ça va pas ?
– Si ! Non, c'est rien... Je suis tout noué de partout... Ça m'arrive des fois... Mais ça va s'arranger... Un petit massage et...
– Je sais pas faire...
– Mais Emilie, si !
– Ah, oui ?
– Et je peux te dire que c'est efficace...
– Elle sait tout faire cette nana...
– Pratiquement, oui...

– Ça a l'air de te faire du bien toujours...
– Et pas qu'un peu ! Ça détend... Tu peux pas savoir ce que ça détend...
– T'aurais envie d'essayer, Hermione ?
– J'aimerais bien, oui...
– Ce soir, si tu veux... Quand on rentrera...
– Quand on rentrera ? Ah, parce que...
– Je t'emmène avec moi sur le chantier, oui... Ça te dit pas ?
– Oh, si ! Si ! Oh, oui que ça me dit...

– Elle est pas avec toi Hermione ?
– Non... On venait tout juste de rentrer quand sa mère l'a appelée... Ça a été très orageux... Apparemment elle lui a posé un ultimatum... Et elle s'est rapatriée furieuse... En jurant ses grands dieux qu'elle allait régler le problème une bonne fois pour toutes...
– Tant qu'elle dépendra d'eux financièrement...
– Je sais bien, oui...
– Du coup la petite séance de massage envisagée...
– Est reportée à une date ultérieure... Mais elle aura lieu... Fais-moi confiance: elle aura lieu...

– Il y a longtemps que j'avais pas passé une  soirée aussi délicieuse...
– Je dois bien reconnaître que, de mon côté...
J'ai plongé mes yeux dans les siens... Elle me les a laissés...
– Que... ?
Elle n'a pas répondu, mais nos mains se sont élancées l'une vers l'autre... Jointes par-dessus la table...
– Tout a malheureusement une fin... Même la plus enchanteresse des soirées... À moins que nous ne décidions de la prolonger un peu...
On s'est souri... On s'est levés...

On est restés enlacés, haletants...
– Tout de suite j'ai eu envie de toi, tu sais... Tout de suite... Dès le premier jour... Quand je t'ai vue à la parfumerie...
– Et t'avais à peine franchi la porte du magasin que t'essayais de lui tirer les vers du nez à Emilie... " Qui c'est cette fille ? T'as l'air de la connaître... C'est quoi comme genre ? Farouche ? Non ? Pas trop ? Peut-être que j'aurais  mes chances alors ? Hein ? Qu'est-ce t'en penses ? "
– C'est pas vraiment ça, mais un peu tout de même, si...
– Ben tiens ! Je suis pas complètement idiote... Et elle t'a répondu quoi ? " Vas-y ! Fonce ! C'est dans la poche... Elle saute sur tout ce qui bouge... " Non ? Ça n'aurait rien d'étonnant... C'est ce qu'elle pense...
– Je croyais que vous étiez amies...
– Les extrêmes s'attirent... Et, de temps à autre, se repoussent... Autant moi je suis en permanence à l'écoute de mon corps – et de mes désirs – autant elle, elle s'emploie, avec acharnement, à les faire taire... Et elle y arrive... Elle y est toujours arrivée...

– Comme quoi elle me connaît bien mal ! Elle serait sacrément étonnée, avoue !
– Ça, c'est le moins qu'on puisse dire...
– Mais s'il y a quelqu'un à qui il est hors de question que j'aille faire mes confidences, surtout maintenant, c'est bien à elle... Bon, mais à part ça ?
– À part ça ?
–  Tu t'es éclaté ? T'as grimpé aux rideaux ? C'était comment ?
– Pas génial...
– C'est ce que tout le monde dit... Ça casse pas trois pattes à un canard... Vaut mieux Hermione, hein ?
– Ou toi... Ça se discute même pas...
– Merci... Mais tu lâches pas l'affaire, hein ! Il FAUT que t'arrives à la ramener ici... Je veux la voir à l'oeuvre...



– Je pensais pas que ça se pourrait…
– Quoi donc ?
– Être encore mieux que c’était au lit avec toi… Eh ben si ! C’est fou ça quand même ! Parce que d’habitude, moi, avec les mecs c’est complètement le contraire… Au tout début je décolle comme une petite folle… Et puis après, très vite, les fois suivantes… Tandis que là, avec toi… T’as vu ça ? Non, mais t’as vu ça ?
– C’est aussi que le massage d’Emilie, juste avant, t’avait sacrément mise en appétit, non ?
– Oui… Non… Je sais pas… Peut-être un peu…
– Un peu ? Tu te serais vue ! T’as bien aimé, avoue !
– Comment ça détend, oui ! T’avais raison…
– Et pas seulement ! Je commence à te connaître, tu sais… Et ce qu’on pouvait lire dans tes yeux…
– C’est vrai ? Ça se voyait ? Elle s’est pas rendu compte, j’espère ?
– Et quand bien même ! Qu’est-ce que ça peut faire ?
– Oh, ben si ! Si ! Ça craint…
– Pas avec elle…Alors là je peux te rassurer… Pas avec elle…
– T’as raison n’empêche… J’étais à deux doigts de déferler à un moment… Mais vraiment à deux doigts… C’était tellement doux comme elle faisait… Tellement je sais pas comment dire… Heureusement qu’elle s’est arrêtée… Parce que si elle avait continué… je répondais plus de rien…
– Ce sera pour la prochaine fois…
– Oh, non… Non…
– Je parie que si…
– Tu vas pas lui dire, hein, au moins ?! Tu vas rien lui dire ?
– Oh, si, je vais lui dire… Si ! Je vais lui dire que tu lui en veux de s’être arrêtée en si bon chemin…
– Idiot !
Et on a roulé l’un sur l’autre…

– Qu’est-ce qu’il y a ? T’as l’air toute triste d’un coup… Préoccupée… Il y a quelque chose qui t’a…
– Oh, non… Non… C’était bien… Presque aussi bien que tout-à-l’heure… Non… Ce qu’il y a, c’est que ça me rattrape par moments…
– Qu’est-ce qui te rattrape ?
– Mes parents… Si tu savais tout ce que j’ai pas entendu… Ils savent te mettre plus bas que terre quand ils veulent… Je le sais que j’ai rien foutu à l’école… Que je trouve du boulot ? Ils en ont de bonnes, eux… Où ? Il y a rien… Ou alors des trucs qu’il vaudrait carrément mieux que t’ailles te foutre à l’eau que de les accepter… Non… Ça peut plus durer comme ça… Je supporte plus… Je supporte plus d’entendre toujours la même rengaine chaque fois que je mets les pieds là-bas… Seulement tu veux que je fasse quoi ? Que j’aille où ? Ils me tiennent… Sans thune ils me tiennent… Faut bien que je bouffe… Et que j’aie quelque part où crécher…
Elle a posé sa tête sur ma poitrine…
– Tu sais le truc que j’ai pensé ? C’est qu’elle est drôlement grande la maison ici pour quelqu’un qu’est toute seule…
– Faut reconnaître…
– Tu crois qu’elle voudrait Emilie ?
– Ça, faut lui poser la question…
– Je serais pas encombrante… Pas du tout… Toute petite je me ferais… Et puis je l’aiderais… Pour la maison… Pour les courses… Tout ça… Sur les chantiers même si elle veut…
– Parle-lui en…
– J’oserai jamais… Non… Et puis ce serait trop beau n’importe comment…

– T’as entendu, je suppose…
– J’étais tout ouïe…
– Et t’en penses quoi ?
– Comme si tu le savais pas…
– Et donc… tu vas la prendre sous ton aile…
– On peut dire ça comme ça…
– Et l’épuiser de plaisir…
– Faire tout ce qu’il faut pour en tout cas… Mais en attendant…
– En attendant ?
– C’est bien beau de t’occuper d’Hermione… C’est bien beau de t’occuper d’Alessia… Mais si tu t’occupais un peu de moi ?



Alessia s’est redressée sur un coude, la joue dans la main…
– Elle le sait Emilie ? Qu’on couche ensemble… tu lui as dit ?
– J’avais aucune espèce de raison de lui cacher…
– Et alors ?
– Et alors… rien… Elle s’en fiche… Complètement…
– Oh, alors ça !
– Mais si ! Je peux même te ramener là-bas si je veux… Elle y voit pas le moindre inconvénient…
– Qu’elle dit ! Non, mais vous êtes quand même drôlement naïfs, vous, les mecs, hein ! Ou alors vous avez je sais pas quoi devant les yeux… Parce que t’as pas encore compris ? T’as pas encore compris qu’elle t’a dans la peau ?!
– Je crois pas, non…
– Mais bien sûr que si ! Elle tisse sa toile… Patiemment… Sans avoir l’air d’y toucher… Elle joue les indifférentes… « Mais bien sûr que tu peux la ramener ici Alessia… Bien sûr… » Ben voyons ! Évidemment ! Elle va pas te prendre de front là-dessus… Au contraire… Ça fait partie de sa stratégie, ça… « Regarde comme je suis ouverte… Tolérante… Le genre de fille avec qui un homme il se sent pas étouffé… Prisonnier… »  Non… Je la connais… Tout est soigneusement pesé avec elle… Calculé… Il y a jamais rien de gratuit… Elle t’entortille, là… En beauté… Oh, mais j’m’en fous, moi, hein, complètement… C’est ta vie… C’est pas la mienne… Tu verras bien…

– Ce qui signifie – si on sait lire entre les lignes – qu’elle a des vues sur toi… Des vues à long terme… Ça m’étonne pas d’ailleurs…
– Oui, ben alors ça ! Elle peut toujours rêver…
– J’me doute !
– En attendant c’est pas gagné d’arriver à la ramener ici…
– Tu parles ! Alors là je suis bien tranquille… Elle va rien avoir de plus pressé que de venir feuler sous mon toit… Que les murs vont en trembler… Tu couches avec elle… Tu couches pas avec moi… Du moins c’est ce qu’elle croit… Alors tu penses bien qu’elle va prendre un malin plaisir à proclamer – haut et fort – qu’elle se prend un pied pas possible… J’ai hâte… Tu peux pas savoir comme j’ai hâte de la voir jouer sa petite comédie…
– On va essayer de pas trop te faire attendre alors… Bon… Mais… Et Hermione ?
– Elle dort… Elle récupère…
– Ah, parce que…
– Ça y est, oui… Elle est adorable cette petite… Absolument adorable… Mais va la rejoindre… Elle doit être impatiente de te raconter…
– Et toi de l’entendre me raconter…
– Tu es très perspicace…

– Ah, c’est toi…
– Ben oui, c’est moi, oui… Pourquoi ? T’attendais quelqu’un d’autre ?
– Où t’étais passé ? T’es pas rentré cette nuit… Oh, mais t’as pas de comptes à me rendre, hein… Tu fais bien ce que tu veux… Manquerait plus que ça…
– Tu m’as pas répondu… T’attendais quelqu’un d’autre ?
– Tu sais quoi ? Ben elle m’en a refait un de massage Emilie…
– Et alors ?
– Ben t’avais raison… Deux fois j’ai joui pendant… Et pas qu’un peu… C’était trop comment elle sait s’y prendre… T’as qu’une envie, c’est de te laisser faire… De t’abandonner… T’as plus de volonté… T’as plus rien… T’aurais vu cette nuit qu’on a passée après…
– Toi qui voulais pas en entendre parler avec une femme…
– C’est pas que je voulais pas en entendre parler… C’est que j’avais jamais eu vraiment l’occasion… Ni l’envie…
– Mais maintenant que tu y as goûté…
– Je recommencerai, ça c’est sûr… Avec elle je recommencerai…
– Et avec d’autres ?
– Je sais pas… Peut-être… Ça dépend… Non… Parce que c’est sûr qu’une femme elle s’y prend mieux qu’un homme… Forcément… Elle sait mieux comment elle est faite… Comment elle fonctionne… Mais il y a pas que ça… Il y a qu’avec une femme ça t’est égal que ce soit elle qui dirige… Moi, un mec, j’ai jamais accepté qu’il me soit dessus… T’as bien vu d’ailleurs… Faut que ce soit moi… Ça me va pas sinon… C’est comme si je lui étais inférieure au mec… Ou comme si j’acceptais de lui laisser croire que je le suis… Tandis qu’avec une femme t’as pas du tout ce problème… Rien n’a le même sens… Tu peux te laisser complètement aller… Tu comprends ?
– Oh, oui…
– Ça te vexe pas au moins ?
– Bien sûr que non… Pourquoi ça me vexerait ?
– Parce que… Viens ! Viens avec moi dans le lit… J’ai envie de me blottir contre toi… Juste comme ça… Sans rien faire… Sans bouger…



– Elle fait quoi Hermione ?
– Faut le temps qu’elle émerge… Tu l’as complètement épuisée hier…
– Elle t’a dit ? Elle t’a raconté ?
– En partie… Et je peux te dire qu’elle a beaucoup, mais vraiment beaucoup apprécié…
– Ça ! Elle prétendrait le contraire…
– J’avoue que j’ai hâte… J’ai hâte de vous voir à l’œuvre toutes les deux…
– Le problème…
– Me dis pas que…
– Ben si ! Je suis désolée… Si ! J’avais oublié de rebrancher les cams…
– Tu l’as fait exprès…
– Je te jure que non… Et que la prochaine fois…
– Qui ne saurait tarder… Bon… Ben je vais prendre mon mal en patience… Bien obligé…

– Coucou ! C’est moi !
Elle… en petite culotte blanche…
Elle qui a couru vers Emilie… S’est installée sur ses genoux… Lui a jeté les bras autour du cou… Chuchoté quelque chose à l’oreille…
Emilie lui a souri…
– Tu es adorable…
Et leurs lèvres se sont jointes…

Elle a reposé son bol…
– Bon, allez, c’est pas tout ça… Sur quel chantier on va ce matin ? Celui près de la mairie ou bien la maison des deux vieux là-haut…
– On est dimanche…
– On est dimanche ? C’est pas vrai ! Déjà !
– T’en fais une tête d’un seul coup !
– Ben oui ! Oui… Parce que faut que j’aille là-bas… Chez moi… Enfin chez eux plutôt… J’ai pas envie… Non, mais alors là comment j’ai pas envie ! Vous allez faire quoi, vous, pendant ce temps-là ?
– Aller faire un tour… Sûrement… Avec ce soleil…
– Oui, ben je reste avec vous… Advienne que pourra… Tant pis… J’en ai rien à foutre…

– Bon… Et on va où alors du coup ?
– Nohant… La maison de George Sand… Ça vous dirait pas ?
– Excellente idée…
Hermione connaissait pas…
– Mais ça m’est égal… Du moment que je suis avec vous…

– On est pressés ?
– Non… Pourquoi ?
– Parce que j’y retournerais bien encore un coup, moi, dans le jardin de la George… Comment c’est trop bien ! Vous savez ce que ça me rappelle ? Quand je lisais la comtesse de Ségur avec Camille et Madeleine… Exactement pareil c’est…
– Eh ben vas-y !
Elle ne se l’est pas fait répéter deux fois… A disparu, en courant, derrière le bouquet d’arbres…
– Tu comptes faire quoi avec elle ?
– Techniquement – et c’est normal – elle n’est pas opérationnelle… Par contre elle a un goût très sûr et beaucoup d’habileté manuelle…
– Ce qui veut dire ?
– Que j’envisage très sérieusement de travailler de façon suivie avec elle…
– Et de l’héberger ?
– C’est quasiment déjà fait, non ?
– Mais ça reste implicite…
– Pas vraiment… Vu ce qui se passe par ailleurs entre nous …
– Ça va de soi pour toi… Pas forcément pour elle…
– Peut-être, oui… Oui… Tu as sûrement raison… Bon, mais je vais la rassurer… C’est pas bien difficile…

– Quelle bonne journée !
– Ça t’a plu ?
– Ah, oui alors !
– On recommencera… Et pas plus tard que bientôt… Bon, mais en attendant au lit… parce que demain à la première heure…
– Oui, mais…
– Mais quoi, Hermione ?
– Ben avec qui je vais aller dormir, moi ? De vous deux ?
– Avec qui t’as envie… Tu choisis…
– Mais je peux pas… Les deux j’ai envie…
– Dans ces conditions… Avec les deux alors…
– Tous les trois ? C’est vrai ? Tous les trois ensemble ? Génial !



– C’est le contraire ce matin… C’est Emilie qui dort et moi qui suis levée… Après la nuit qu’on a passée aussi…
– Ça, faut reconnaître…
– Je vais la réveiller, tu crois ? Qu’on soit pas en retard sur le chantier…
– Même que vous attaquiez une heure plus tard ce serait pas un drame, tu sais…
– Oui, c’est vrai… T’as raison… On rattrapera bien… En attendant qu’est-ce que c’est mieux finalement !
– Qu’est-ce qu’est mieux ?
– Ben deux nanas et un mec… Plutôt que le contraire… Deux mecs et une nana…
– T’as déjà essayé ?
– Oh, ben oui, attends ! Quand même ! Bien sûr que j’ai essayé ! Pour qui tu me prends ? La grosse coincée de base ? Ce qui veut pas dire non plus… Non… Juste une fois je l’ai fait… Une fois que j’étais particulièrement en forme… Particulièremenr demandeuse… Ils se sont relayés tous les deux… Jusqu’au petit matin… Il y en avait un qui s’occupait de moi pendant que l’autre récupérait… Pas mal c’était… Si, c’est vrai ! Mais pas tant que nous cette nuit… Parce que nous cette nuit…
– Qu’est-ce qu’on était complices…
– Ah, ça, oui… Et puis on était vraiment ensemble… Tous les trois… Tout le monde s’occupait de tout le monde… Tandis qu’avec eux… Ils s’occupaient de moi, oui, mais bon…
– Bref… T’as préféré…
– Ah, oui alors ! Et de loin… On recommencera, hein ?
– Tu sais bien que oui…

– C’est quoi tout ça ?
– Les affaires à Hermione…
– Ah, alors ça y est ! Elle emménage…
– Et je peux te dire qu’elle s’est pas fait prier…
– Ça, j’me doute…
– En direct il a fallu filer chez elle…
– Où t’es tombée sur les parents…
– Sur la mère… Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça s’est pas très bien passé… Elle s’est fait traiter de tous les noms… Et s’est même ramassé une gifle…
– À presque vingt ans ! Charmant…
– Comme tu dis… Quant à moi je me suis fait une ennemie, là… Et quelque chose de bien…
– T’as pas essayé de…
– De quoi ? De parlementer ? D’expliquer ? Bien sûr que si ! Elle m’a pas laissée en placer une… Quand t’as affaire à des gens bornés… Non… Franchement je suis ravie de l’avoir sortie de là…
  
 – C’est chiant l’hôtel… C’est froid… Impersonnel… Ça gâche un peu… Non ? Tu trouves pas ?
Alessia a haussé les épaules…
– Oh, j’ai l’habitude… Avec mes mecs neuf fois sur dix c’est là que ça se passe… Parce que j’héberge ma mère… Et que ma vie sexuelle ne la regarde pas…
– Si on allait chez Emilie plutôt ? On serait mieux, non ?
– Oh, si tu préfères… Moi, j’m’en fous… Alors là… Complètement…
– Je préfère, oui…
– Comme tu voudras… De toute façon…
– De toute façon ?
– Non… Rien… Tu comptes rester encore longtemps chez elle ?
– J’en sais rien du tout… Ça va dépendre…
– Dépendre de quoi ?
– Oh, de plein de choses… Pourquoi tu me demandes ça ?
– Ben parce que… Parce que ça commence à durer tous les deux… Et que si tu dois partir je préfère me faire un peu à l’idée avant… Plutôt que ça me tombe dessus, comme ça, d’un seul coup…
– Je te dirai, promis… Bon… On y va alors ?

– Eh ben dis donc ! Si on l’a pas réveillée Emilie…
– Tu crois ?
– T’étais très expansive ce soir… Mais vraiment très très expansive…
– Je sais pas… Je me suis pas rendu compte… Mais c’est ta faute aussi…
– Ben voyons !
– Si, c’est vrai ! Comment t’en étais ! Et puis s’il y a un truc qui me met dans tous mes états, c’est bien ça… Je peux pas te dire ce que ça me fait…
– J’ai vu…
– Désolée pour Emilie, mais…
– Oh, t’inquiète pas pour elle… Elle se rendormira…



– Qu’est-ce qui te fait rire, Hermione ?
– Je ris pas…
– Oh, que si ! Tu te tapes un de ces fous rires à l’intérieur…
– Mais c’est toi aussi… C’est ta tête…
– Ma tête ?
– Non, mais pas celle-là de maintenant… Celle de cette nuit… Quand t’étais juché dessus et qu’elle bramait tant qu’elle pouvait la fille… Tu te serais vu ! Un de ces airs interloqué t’avais…
– Comment tu sais ça, toi ?
– C’est parce que quand je cherchais Emilie hier soir et que je la trouvais pas, elle était en train de vous regarder… On l’a fait ensemble du coup… Comment c’est excitant n’empêche… Même que l’autre, ton Alessia, là, elle faisait son intéressante et qu’elle en rajoutait un max on en a quand même bien profité Emilie et moi mine de rien… Mais en attendant t’es un sacré petit cachottier, toi, dis donc, dans ton genre ! Parce que tu me l’avais pas dit qu’elle nous avait vus en train toi et moi… Oh, mais tire pas cette tronche ! J’en ai rien à battre… Au contraire même… J’aime bien… Surtout que ce soit elle… D’ailleurs tu sais ce qu’on a décidé, du coup, toutes les deux ?
– Ben non…Comment tu veux ?
– Et puis non, tiens, je te le dirai pas… Ça t’apprendra à avoir des secrets pour moi…

– Alors comme ça t’as mis Hermione dans la confidence…
– Elle s’y est mise toute seule… J’étais tellement absorbée par le spectacle que vous étiez en train de m’offrir, Alessia et toi, que je l’ai pas entendue arriver… Et qu’elle m’a prise sur le fait… Ce que je regrette pas d’ailleurs… Parce que je peux te dire que ça l’a furieusement mise en appétit…
– Et… elle tiendra sa langue ?
– Là-dessus je me fais aucun souci… Je suis sûre qu’on peut lui faire confiance…
– Je crois aussi, oui… Bon, mais alors c’est quoi que vous manigancez au juste toutes les deux ? Elle a pas voulu me dire…
– C’est elle qu’a proposé…  D’aller se lever un mec, un soir, en boîte et de le ramener ici… Qu’on puisse les regarder faire tous les deux… C’est une perspective qui la séduit énormément…
– Et qui est, ma foi, fort alléchante… Elle est bien cette petite… Elle est vraiment très très bien…
– C’est pas moi qui te dirai le contraire… Et d’ailleurs…
– D’ailleurs ?
– Je suis en train de m’attacher à elle beaucoup plus qu’il ne serait raisonnable…
– Elle le mérite… Elle le mérite incontestablement…
– Ce qui risque de nous poser rapidement problème…
– Parce que… ?
– Parce que notre projet d’installation, l’automne prochain, c’est tous les cinq… Et que, dans l’état actuel des choses, je vois vraiment pas comment je pourrais me passer d’elle…
– Oui, oh, on n’y est pas encore… Il coulera de l’eau sous les ponts d’ici là… Et puis on peut leur faire faire sa connaissance cet été… Et voir ce que ça donne…
– J’y ai pensé, oui…
– Je peux aussi en toucher un mot à Laure et à Aline quand je passerai les voir en repartant d’ici…
– Et tâter le terrain… Ce serait sympa… Très…

– T’aurais pas envie de faire la connaissance de ma mère des fois ?
– Pas vraiment, non… Merci… Sans façons…
– Va bien falloir pourtant… Parce que j’ai encore des trucs à y aller chercher là-bas… Des trucs hyper lourds que je peux pas porter toute seule…
– T’as pas des copains ?
– Ben si ! Si ! Oh, mais eux !
– Ils sont trop feignants pour te donner un coup de main ?
– C’est pas ça, non ! Mais je voudrais bien qu’elle te voie ma mère…
– Pour avoir le plaisir de me foutre dehors ?
– Elle osera pas… Avec toi elle osera pas… Parce que je lui ai parlé de toi…
– Et pour lui dire quoi ?
– Que t’étais écrivain… Qu’ils se vendaient comme des petits pains tes bouquins… Et que même on parlait de toi pour le Goncourt…
– Diable !
– N’importe comment elle ira pas vérifier … Ça lui passe largement au-dessus de la tête tout ça… Non, mais ce qu’il y a, c’est qu’elle va croire qu’on s’installe en couple tous les deux… Et t’inquiète pas que je vais enfoncer le clou… Elle va être verte… Rien que d’y penser… Tu peux pas me refuser ça quand même !
– J’ai pas dit que je refusais…
– Chouette ! Bon, ben on y va alors…



– Et donc t’as vu sa mère…
– Charmante… Avec moi elle a été charmante…
– T’as bien de la chance…
– N’est-ce pas ?
– L’avantage d’être un homme… Avec des femmes comme elle…
– Peut-être, oui… Non… Et puis je crois qu’elle en a pris son parti : sa fille lui échappe… Elle ne pourra pas la retenir… Et elle préfère à l’évidence que ce soit pour venir vivre avec moi en petit couple rangé – elle en semble persuadée et on s’est bien gardés, Hermione et moi, de la détromper – plutôt qu’avec toi qu’elle a, pour je ne sais quelle sombre raison, manifestement dans le nez…
– Elle est convaincue que j’ai une très mauvaise influence sur sa fille… Et me l’a pas envoyé dire… En fait je crois qu’elle soupçonne quelque chose…
– Quand elle va découvrir que c’est chez toi qu’elle habite…
– On s’en fiche… Aussi bien l’une que l’autre… Elle est où, elle, d’ailleurs ?
– Devine…
– Comment veux-tu que je sache ?
– Partie chasser…
– Déjà !
– Déjà, oui… Elle tient absolument à ramener un type ce soir… Et à nous faire cadeau de ses ébats avec lui… Apparemment ma petite prestation d’hier soir avec Alessia l’a beaucoup impressionnée…
– Ah, ça, tu peux le dire ! Tu l’aurais vue ! Et entendue… « Regarde ! Non, mais regarde ! Derrière il la prend en plus ! Et elle sait pas qu’on mate… Et elle se doute pas… Ah, non, c’est trop ! C’est vraiment trop… » Je te dis pas dans quel état ça l’a mise ! Et ça m’a mise, moi, de la regarder vous regarder… Et de l’entendre commenter…
– J’imagine… Et c’est moi le dindon de la farce finalement dans l’histoire…
– T’as quand même eu ton plaisir…
– Oui, oh…
– Tu respirais pas franchement l’enthousiasme, c’est vrai…
– Contrairement à elle…
– Qui a pris un pied pas possible… Qui en donnait l’impression en tout cas…
– Qui l’a pris… Je peux t’assurer qu’elle l’a pris… Même si elle en a rajouté pas mal…
– Et plus que pas mal…
– Bon… Alors, si je comprends bien, je suis condamné à passer encore de nombreuses soirées en compagnie d’Alessia…
– Tu fais bien ce que tu veux, mais…
– Mais Hermione risque d’être très déçue si je lui refuse ce petit plaisir…
– Voilà, oui…
– Et elle ne sera pas la seule… Bon ben je sais ce qu’il me reste à faire…

– T’en fais une tête, Hermione !
– Ils sont cons ces pauvres mecs… Non, mais comment ils sont cons… C’est pas possible d’être con comme ça !
– Qu’est-ce qu’il t’arrive ?
– Il m’arrive que je nous en déniche un… Assis à une terrasse de café dehors… Beau… Mais beau comme c’est pas permis… Bon, que je me dis… Celui-là il est pour moi… Je le branche et je nous le ramène à la maison ce soir… Donc ni une ni deux… Je l’aborde franco…
– Et ça tu sais faire… Je t’ai vue à l’œuvre…
– Je l’aborde, mais j’y mets les formes… Je me jette pas dessus… Je le discute… De trucs et d’autres… Vachement intéressant il est en plus… Il a de la causette… Et pas le genre de truc bidon en plus… Non… Il y a du fond… Ça le fait, j’me dis… C’est en train de le faire… On va au McDo… Ça continue… Super… On sort… On se retrouve à se promener sur la berge… Il y a un petit renfoncement à un moment… « On s’arrête un peu là ? » Il dit pas non… On s’assied… Bon… Là je m’attends à ce que… Normal… Mais non ! Rien… Même pas me prendre la main… Rien… Bon, que j’me dis, t’es tombée sur le gros timide de base… Va falloir que tu prennes les choses en mains… Je les prends… Carrément… Et je fais pas semblant… Mon œil de velours… Personne y résiste… J’me penche vers lui… « J’ai envie de t’embrasser… » J’me penche encore… Il me repousse… Tout doucement… Du plat de la main… Se redresse… « J’ai quelqu’un… » Et alors ? Non, mais attends ! Oh, l’autre ! M’amuser comme ça pendant des heures pour, au bout de compte, me balancer qu’il a quelqu’un… Qu’est-ce que j’en ai à foutre qu’il ait quelqu’un ? Ça empêche rien du tout ça… Il est pas obligé d’aller lui raconter après non plus… « T’es fâchée, hein ?! » Mais non, j’étais pas fâchée, non… « Si, t’es fâchée, si ! Je suis désolé… En tout cas j’ai passé un excellent moment avec toi… » Oui, ben pas moi ! Enfin si ! Quand même… Mais j’y crois pas… Non, j’y crois pas… Ça existe des crétins pareils ?



– J’apprécie… J’apprécie vraiment…
– Quoi donc ?
– Que tu continues à venir manger avec moi ici, comme ça, le midi… Ça prouve que tu me prends quand même un minimum en considération… Que tu t’intéresses pas qu’à mon cul… Que tu me vois pas que pour ça…
– Tu en doutais ?
– Non… Enfin, si ! Oui… Un peu… Faut reconnaître, c’est pas une critique, hein ! mais faut reconnaître qu’aux yeux des types nous, les femmes, en général on vaut guère que pour ça…
– Ben tu vois il y a parfois des exceptions…
– Rares, mais oui… Oui… Ça me culpabilise à ton égard d’ailleurs…
– Allons bon ! Manquait plus que ça !
– Oui… Parce que j’ai pas été tout-à-fait sincère avec toi au début…
– C’est-à-dire ?
– C’est-à-dire que si t’avais pas été l’ami d’Émilie…
– Il se serait jamais rien passé entre nous…
– Voilà… T’as tout compris…
– Faute avouée est à moitié pardonnée… Tu l’aimes pas, Émilie, hein ?
– C’est pas que je l’aime pas… C’est que… C’est humiliant, tu sais, quelqu’un qu’est toujours au’dessus de toi… Pour tout… Les études… Elle s’est toujours promenée en tête de classe… Sans quasiment rien foutre en plus… Alors que moi – qui bossais comme une malade – j’atteignais péniblement la moyenne… Elle rayonnait Émilie… Partout… On la recherchait… On l’invitait… Elle était de toutes les fêtes… De toutes les sorties… Il y en avait que pour elle… Moi, j’étais transparente… J’essayais d’exister un peu… En restant dans son sillage… En ramassant les miettes qu’elle laissait négligemment tomber… Mais j’étais quoi en réalité ? Son faire-valoir… Rien d’autre que son faire-valoir…
– Et donc tu t’es dit qu’avec moi tu allais peut-être pouvoir jouer enfin les premiers rôles… La reléguer au second plan…
– J’ai honte…   
– Sauf qu’entre Émilie et moi il n’y a absolument rien de ce que tu as cru qu’il y avait…
– Je sais, oui… Tu m’aurais pas amené là-bas sinon… Mais c’est plus ça l’essentiel n’importe comment pour moi maintenant…
– Ah, oui ? C’est quoi alors ?
– C’est que j’ai envie que tu me fasses l’amour et d’être bien avec toi…

– Ah, alors ça y est ! Cette fois c’est l’offensive de grande envergure… C’est plus seulement dans son lit, c’est dans sa vie qu’elle te veut… Mais ça, c’était prévisible… Bon, mais tu t’es apitoyé, j’espère ? Tu l’as plainte ? Non ? Sans cœur ! En attendant elle a une de ces façons de réécrire l’Histoire ! Parce que j’avais de bons résultats scolaires, oui, ça, c’est sûr… Mais je bossais, moi ! Quant aux siens ils étaient à la mesure des maigres efforts qu’elle consentait à fournir… Parce qu’elle avait autre chose en tête Alessia… Et quand je dis en tête… Non… La seule chose qui comptait pour elle c’était les mecs, les mecs et encore les mecs… Si tu savais ce qu’elle a pu m’en exhiber sous le nez… Le temps que j’ai pu perdre à faire le pied de grue, dans les endroits les plus invraisemblables, pendant qu’elle écartait les cuisses… Le nombre de coups qu’il a fallu que je lui arrange parce qu’elle s’était mise dans des situations inextricables… Alors s’il y en avait une qui servait de faire-valoir à l’autre… Non… Ils devaient être pour elle les types… Tous… Sans la moindre exception… Alors tu penses bien que quand elle t’a vu… Quand elle nous a vus ensemble… Elle ne pouvait pas ne pas te vouloir… Ne pas passer aussitôt à l’offensive… Elle est en train de tomber amoureuse ? C’est parfait… Je pouvais pas rêver mieux…
– Tu la détestes, hein ?
– Si tu savais ! Si tu savais ce qu’elle m’a…
– Eh bien dis…
– Je te dirai, oui… Mais pas tout de suite… Pas maintenant…

– Hola, Hermione, toi, tu pars en chasse… Pimpante comme tu es…
– Je vais en boîte, oui… C’est encore là qu’on trouve le mieux… Et si je veux nous ramener quelqu’un…
– Oh, mais il y a rien qui presse, hein ! Si c’est pas aujourd’hui ce sera demain… Ou un autre jour…
– Si, ça presse, si ! Parce que ça me fait trop envie d’être avec un mec et que vous soyez là, dans l’autre chambre, en train de regarder…
– Dans ces conditions…
– Et vous savez ce qui serait bien ? C’est que vous veniez aussi… Tous les deux… On aurait l’air de pas se connaître et vous me regarderiez manoeuvrer… Ce serait trop le top, quand il y en aura un qu’aura mordu, de me dire que vous êtes là et que le type il se doute de rien… Qu’il sait pas que quand je l’aurai ramené dans la chambre… Oh, si, venez ! Vous venez ? Oui ? C’est vrai ? Chouette alors !



– Elle est belle…
– À qui le dis-tu !
– Regarde… non, mais regarde ! Elle rayonne… Elle rayonne littéralement…
– Et elle t’a un de ces succès ! Ils sont tous à baver devant…
– Ceci expliquant cela… Quant à moi je dois bien reconnaître…
– Que toi aussi t’es résolument tombée sous le charme…
– Et pas qu’un peu…
– Confidence pour confidence…
– À un point ! Mais à un point ! Tu peux même pas imaginer…
– Oh, que si !

– Ça mord ! Vous avez vu ça comment ça mord ?
On avait vu, oui…
Elle s’est emparée de mon verre, l’a vidé d’un trait…
– Quatre il y en a sur les rangs… Avec lequel vous préférez ?
– Celui que tu voudras… T’es la première concernée, non ?
– Oui, mais non… C’est vous qui choisissez… J’ai envie que ce soit vous… Emilie, lequel tu voudrais, toi ?
– Le petit frisé ? Il est tout mignon… Et il te dévore des yeux… C’est tout attendrissant…
– Martial ? Okay, j’y vais…

Ils ont dansé enlacés, blottis l’un contre l’autre… Elle a enfoui sa tête dans son cou… Il a posé ses mains sur ses fesses… Les a caressées du bout du pouce… Un baiser… Un autre…
– Ça va plus tarder…
Et on est rentrés les attendre…

Elle s’est glissée entre nous dans le lit…
– Serrez-moi bien fort… Tous les deux… Plus fort… Alors ? Vous avez vu ?
– Un peu qu’on a vu !
– Tout le temps j’y ai pensé à vous… Que vous étiez là, derrière, à regarder… Comment c’était excitant !
– Fallait pas t’en promettre, c’est clair !
– Il est pas bien doué pourtant… Mais ça fait rien… C’était pas lui l’important… C’était vous… Rien que de vous imaginer… Vous en avez eu du plaisir ?
– Oh, que oui !
– Beaucoup ? Souvent ? Tous les deux ?
– Tu verras…
– Comment ça je verrai ?
– On t’a réservé une petite surprise…
– Une surprise ? Quelle surprise ? Ah, oui, vous vous êtes filmés, j’parie… Vous vous êtes filmés pendant que vous nous regardiez… C’est ça, hein ?! Génial ! Trop génial… Bon, allez, on se le met ?

– T’as les yeux cernés d’une force…
– Tu peux parler, toi !
– En attendant comment c’était bien ! Tout est toujours bien, nous trois… Exceptionnel, moi, j’trouve…
– T’es pas la seule…
– Emilie aussi, tu crois ?
– Ça fait pas l’ombre d’un doute…
– J’ai peur des fois, tu sais… Peur que ça s’arrête… Je me dis que c’est trop beau… Qu’il va forcément se passer quelque chose qui va tout flanquer par terre…
– Il y a pas de raison…
– Tu parles ! Il y en a plein des raisons au contraire… Déjà tu vas repartir…
– Pas bien longtemps…
– Oui, elle m’a dit Emilie… On va passer les vacances avec des amis à vous… Et puis après sûrement, en septembre, tout le monde va vivre ensemble… Mais je les connais pas, moi, ces gens-là… Et si je leur plais pas ?
– Oh, mais si ! Si ! Vous allez très bien vous entendre, tu verras…
– On sait jamais…
– J’en mettrais ma main à couper…
– Oui, mais n’empêche… Ce sera plus nous trois…
– Non… Ce sera nous six… Et tu perdras pas au change…
– Ce sera aussi bien ?
– Mieux même si ça tombe…
– Ah, non… Non… Ça, c’est pas possible…



– Elle te parle de moi, Emilie ?
– Tu m’as déjà posé la question…
– Oui, mais tu m’as pas vraiment répondu… Qu’est-ce qu’elle te dit ?
– Rien de spécial… Qu’est-ce que tu veux qu’elle me dise ? Que depuis toutes petites vous vous connaissez…
– Elle m’en veut… Elle fait celle que non, mais je suis sûre qu’elle m’en veut…
– Ce n’est pas l’impression qu’elle donne en tout cas… Tu crois que si elle t’en voulait vraiment elle nous laisserait nous retrouver comme ça, chez elle, chaque fois qu’on en a envie ?
– Oui, oh, ça ! Non, elle me fait bonne figure comme ça en apparence, mais en réalité…
– Tu te fais des idées…
– Oh, non, je me fais pas des idées, non ! Il y a un truc qu’elle a jamais digéré…
– Quel truc ?
– C’est sans importance…
– Mais si, dis ! Maintenant que t’as commencé…
– Oh, rien… Une histoire de mec… Disons qu’elle avait des vues sur un type, que je le savais pas et que je suis sortie avec…
– Ah !
– Je suis pas dans sa tête, moi, hein ! Si elle dit pas les choses comment elle veut qu’on les devine ?!

– Oh, la garce ! Non, mais quelle garce ! Tu parles qu’elle le savait pas… Je lui faisais toutes mes confidences à l’époque… Toutes… J’arrêtais pas de lui parler de lui… Amoureuse comme une folle j’étais… Et elle lui a sauté dessus… Elle lui a littéralement sauté dessus, un soir, en boîte… Sous mon nez… Dans sa voiture ils sont allés faire ça… Et elle, le lendemain, la bouche en cœur, comme si de rien n’était… Jouant les étonnées… Quoi ?! Qu’est-ce qu’il y avait ? « Oh, tu parles ! Un mec, c’est un mec ! Quand t’as l’occasion tu la laisses pas passer… De toute façon avec toi… » Quoi, avec moi ? « Tu l’aurais regardé des mois et des mois d’un air enamouré et, pour finir, il se serait rien passé du tout… » Et quand je pense que maintenant elle va te raconter que… Mais vas-y, hein ! Vas-y ! Rends-la bien amoureuse de toi…
– Et ensuite ?
– Ensuite quand elle va apprendre qu’on s’est tirés pour aller vivre ensemble tous les deux verte elle va être…
– On sera pas que nous deux… Il y aura les autres…
– Oui, mais ça elle est pas obligée de le savoir… MA version elle aura… Qu’elle voie ce que ça fait de se faire souffler quelqu’un à qui on tient…

– Toujours pareil tu lui fais à la fille qui vient te voir des fois le soir…
– Comment ça ?
– Jamais devant tu lui mets… Toujours derrière… C’est toi qui préfères ou c’est elle ?
– Elle aime beaucoup…
– Oui, ben ça, ça se voit… Et ça s’entend… Mais toi ?
– Aussi…
– Qu’est-ce tu sens ?
– C’est difficile à expliquer… On est plus serré… Plus à l’étroit…
– Et c’est mieux pour toi ?
– C’est pas que c’est mieux… C’est différent…
– Et la fille elle sent quoi elle ?
– C’est pas à moi qu’il faut poser la question… Mais si tu sais pas, c’est que…
– T’es un vrai Sherlock Holmes, toi, dis donc, quand tu t’y mets…
– Ça t’a jamais tentée ?
– Si ! Bien sûr… Comme tout le monde… Seulement… Non, mais que je t’explique… La première fois que j’ai été avec un mec ça a été complètement loupé… Mais alors là loupé de chez loupé… Et du coup je me suis dit que le jour où je le ferais de l’autre côté il faudrait que ce soit le top du top… Parce que ce serait ma vraie première fois… Mon vrai dépucelage… Le type il faudrait que je me sente hyper bien avec… Que j’aie envie d’être complètement à lui… Comme jamais à personne avant…
– Et t’as toujours pas trouvé…
– Si ! Toi…
– Moi ?
– Ben oui, toi… Tu veux bien ?
– Évidemment que je veux bien… Évidemment…
– Merci…
– Ça me touche beaucoup, tu sais… Énormément…
Et elle est venue se blottir contre moi…



– Tu vas repartir, je le sens…
– Un jour ou l’autre, oui, il faudra bien…
– Non, mais bientôt…
– Il y a rien de décidé…
– Et moi ce jour-là… Gommée Alessia… Effacée…
– Tu sais bien que non !
– Tu parles ! Alors là je suis bien tranquille… Je pourrai t’écrire au moins ?
– Ben évidemment…
– Et tu me répondras pas… Enfin si ! Au début… Un peu… De moins en moins… Et puis plus du tout…
– Tu es d’un optimisme béat…
– On se reverra, dis ? Je pourrai venir te voir ? Non… Réponds pas… Réponds rien… Je préfère…

– Tu sais, pour ce que je t’ai dit hier… Demandé plutôt…
– Oui… Eh bien ?
– Ce que je voudrais, c’est qu’on aille le faire là où c’était avec ce type la première fois… Ce serait un peu comme si ça réparait dans un sens… Tu comprends ?
– Oh, oui que je comprends…
– C’est bête, hein ? Mais c’est important pour moi… Très…
– Et c’était où cette première fois ?
– Dans un mobil home… Sur un camping… Pas loin d’ici… Il est libre en plus… J’ai demandé… Ils sont pas encore là les touristes… On peut y aller demain si on veut…
– Eh bien on ira demain…
– Je suis contente… Si tu savais comme je suis contente…

– Alessia pressent, à ce qu’elle prétend, que je vais pas tarder à partir…
– Alessia et ses pressentiments, c’est tout un poème…
– Oui, mais en l’occurrence si je veux voir tout le monde… Et ça me paraît indispensable… Que je leur parle d’Hermione… Que je laboure le terrain en profondeur… Si on veut qu’ils l’acceptent…
– Ce qu’est pas gagné… Il y aura des réticences… Forcément…
– Bien compréhensibles… C’était un projet à cinq… Et voilà qu’au dernier moment on veut leur imposer une fille qu’ils connaissent ni d’Eve ni d’Adam… Mets-toi à leur place… Avoue que…
 – Je sais bien, mais franchement s’ils l’acceptent pas, pour moi ça va remettre bien des choses en question…
– Et pour moi donc ! Hors de question que ce soit sans elle… Alors là…
– D’un autre côté ce serait un vrai crève-cœur que ça tombe à l’eau notre truc…
– C’est bien pour ça… Faut que j’y arrive… Faut absolument que j’y arrive…
– Et tu partirais quand ?
– Après-demain…
– Pour aller chez ?
– Laure… Pour commencer…
– Tu as raison… Ce sera elle la plus difficile à convaincre… Si tu nous la mets dans la poche, c’est gagné…

– Emilie ?!
– Oui, ma chérie…
On prolongeait doucement la soirée, tous les trois, sur la terrasse…
– Tu sais, ce que je t’ai dit que je voulais que ce soit avec Julien la première fois…
– Oui… Eh bien ?
– Eh bien c’est demain qu’on va le faire… Seulement…
– Seulement quoi ?
– Tu vas pas te fâcher ?
– Tu sais bien que non…
– Je voudrais qu’on soit que tous les deux… Lui et moi… Ça t’ennuie ?
– Pas du tout…
– Non, c’est parce que le jour avec lui, là, le type, on n’était que tous les deux… Alors si je veux que…
– Tu n’as pas à te justifier… Viens !
Sur ses genoux…



– Comment ça me fait drôle de me retrouver là ! C’est fou, ça ! Il y a rien qu’a changé, rien… Rien… Enfin si ! L’essentiel… C’est toi… C’est plus l’autre…
– Qui s’appelait ?
– Sylvain… Amoureuse folle j’étais…
– Et lui ?
– Oh, lui ! Il était amoureux que de lui…
– Comme beaucoup…
– Il a eu ce qu’il voulait en attendant… C’était pas bien difficile, tu parles ! Six mois que je pensais qu’à lui, que je rêvais que de lui… Alors le jour où il a fait enfin attention à moi… Et il a pas perdu de temps, ça ! Dès le lendemain il m’a amenée ici… Et moi ! Mais tout ce qu’il voulait ! Tout ! J’étais sur mon petit nuage… C’était pas bien compliqué ce qu’il voulait… C’était me sauter et puis voilà… Alors je peux te dire qu’il s’est pas éternisé en discours superflus… Ah non, alors ! Il m’a poussée sur le lit… Farfouillé le corsage… Pétri les seins… Les fesses… À travers ma culotte… Sous ma culotte… Et puis il m’a grimpée… Il y a pas d’autre mot… Il est entré… Ça m’a fait un mal, mais un mal ! Il s’est agité, il m’a soufflé dans le cou, il m’a écrasée de tout son poids… Et puis voilà ! C’était fini… Enfin non ! Pas complètement… Parce qu’il m’a engueulée en prime… « Putain ! Mais tu pouvais pas le dire que c’était la première fois ? Tu prends pas la pilule, hein, je suis sûr… Mais non ! Évidemment que tu la prends pas… Bon, mais je te préviens ! T’as pas intérêt à ce que j’aie des ennuis à cause de toi… Parce que ça ira mal… Alors là très très mal… »
– Eh ben dis donc ! Et tu l’as revu ?
– Croisé… Il m’a complètement ignorée…
– Ça valait sûrement mieux…
– C’est ce que je me dis maintenant, oui… Mais sur le moment… Heureusement qu’il y en a eu d’autres après n’empêche… Parce que sinon… Et heureusement qu’il y a ce qu’on a dit… Qu’il y a ce qu’on va faire…

– Je suis bien… Je suis heureuse… Et puis comment t’as été doux !
– C’est que tu donnes envie de l’être…
– J’avais quand même un peu peur, tu sais… Que ça réussisse pas à l’effacer cette fois-là avec lui…
– Ça peut pas l’effacer complètement… Ça pourra jamais…
– Oui… Non… Bien sûr… Mais quand même… C’était juste comme j’avais envie que ce soit… Non… Et puis comment c’est bien comme truc en plus ! C’est… je sais pas comment dire… Il est plus large ton plaisir… C’est comme s’il touchait bien plus d’endroits à la fois…
– Ce qui est le cas…
– On recommencera, hein ?
– Évidemment qu’on recommencera…
– Je sais pas…
– Comment ça tu sais pas ?
– C’est toujours demain que tu pars ?
– Toujours, oui…
– On se reverra peut-être jamais…
– Mais bien sûr que si ! Qu’est-ce tu vas chercher ? Tu sais ce qu’elle t’a dit Emilie… Le projet qu’on a tous ensemble, c’est de…
– Oui, mais bon… Ça se fera peut-être jamais… Peut-être qu’Emilie dans quinze jours elle en aura soupé de moi… Qu’elle voudra plus que je vienne…
– Ça n’en prend pas le chemin…
– Ou bien qu’elle va rencontrer quelqu’un qu’en aura rien à foutre d’elle et de ses copains… Qu’aura pas du tout envie d’aller vivre là-bas… Des tas de choses il peut se passer… Pour toi aussi… Quand t’auras passé trois semaines avec Laure peut-être que t’auras envie de rester juste avec elle… Que tous les deux… Ou bien avec Aline… Ou une autre que tu connais pas encore… Non… Jamais on peut être sûr de rien… Jamais… Tiens, la fille, là, qu’on t’a regardé avec…
– Alessia ?
– Alessia, oui… Tu vas faire quoi avec elle maintenant ?
– J’en sais rien…
– Mais si, tu le sais ! Tu le sais même très bien… T’en as rien à foutre d’elle… Alors tu vas faire le mort… Sauf que elle, elle est accro… Et pas qu’un peu ! Elle va pas lâcher l’affaire comme ça… Et si elle manœuvre bien peut-être que dans trois mois, au lieu d’être là-bas avec les autres, tu seras installé ici… Avec elle…
– Alors ça, ça m’étonnerait…
– On peut pas savoir… Jamais…